Pharmacopée chinoise

La nature au service de la santé

En Chine, les plantes médicinales constituent un véritable « trésor national » et sont très largement utilisées, de manière tant préventive que curative. Dans son pays d'origine, la pharmacopée chinoise est la première approche privilégiée ; on la considère comme plus puissante que l'acupuncture. 

Herbes, plantes, substances et formules…

La pharmacopée chinoise recèle quelques milliers de substances, dont environ 300 sont d'usage courant. Certaines de ces plantes nous sont familières, comme la verveine ou le réglisse. D’autres ne poussent qu’en Chine et n’étant pas connues en France elles ne jouissent pas d’un nom en français. La pharmacopée chinoise mise sur l'effet conjugué des diverses composantes de la plante. De plus, en herboristerie chinoise, la norme est d’utiliser plusieurs plantes en même temps, ce qui constitue une « préparation » ou « formule ». On profite ainsi de la synergie de plusieurs ingrédients ayant des propriétés similaires et cela minimise les effets secondaires que pourrait causer la prise d’une seule plante en grande quantité.

En règle générale, les plantes et formules chinoises ne sont pas indiquées à prendre soi même : elles doivent être dispensées par un praticien en médecine traditionnelle chinoise.

Application pratique

Le praticien, après avoir établi le bilan énergétique de son patient, compose une préparation ou formule dans laquelle plusieurs plantes vont entrer en synergie pour agir au mieux sur les besoins spécifiques du syndrome à traiter. Grace au choix judicieux des produits et à leur dosage minutieux, il est ainsi possible de prendre en compte de manière très précise, la situation du patient.

La pharmacopée chinoise agit en complément du tuina et de l’acupuncture. Grâce à une prise quotidienne, les plantes prennent le relais des aiguilles sur un plan interne, pour une optimisation des effets thérapeutiques.